Odyssée du nom et des droits inaliénables

Mon odyssée sur le nom de naissance et les droits inaliénables.

Autres points de vue

Blog Kininigen

Une brève histoire de la souveraineté

Le courage est le début de l'action,
Le bonheur au final

Démocrite

Il était une fois un jeune homme. Il avait le mal d'amour et avait envie de pleurer auprès de son meilleur ami de l'époque. Mais il avait d'autres projets pour le jeune homme en souffrance et lui recommanda de suivre un cours de commerce pour se distraire. Le nom du jeune homme qui a souffert à l’époque est « Personne ».

C’est ainsi que Nobody a entrepris sa toute première odyssée au printemps 2015. Il devrait apprendre à connaître le monde dans lequel il vit sous un angle complètement différent. Personne n’a été visiblement dépassé par les différents sujets. Ses synapses étaient littéralement en feu à chaque fois, car la vision du monde dans laquelle il a grandi était littéralement remise en question dans sa totalité et sa complexité.

Pendant ce qui semblait être les dix premiers mois, il ne comprenait que « gare ». Des questions sur des questions qui le tourmentaient jour après jour et auxquelles il ne trouvait pas de réponse.

Des questions

comme celui-ci par exemple :

"…Quoi? je ne suis pas une personne mais un être spirituellement moral fait de chair et de sang ?

«… prouvez que vous êtes une personne…»

« … quel est le terme nominal pour homme ? - Homme! Alors pourquoi écrit-on à un gentleman ?… »

« …quelle est la désignation nominale de femme ? - Femme! Alors pourquoi une femme est-elle contactée ?… »

"…Comment? Nous vivons dans une entreprise et non dans un État ?… oui et quand je regarde un atlas, qu’est-ce que je vois ? États! Qu’est-ce qu’ils me disent… »

…que les États présumés dans un atlas ne sont que des zones commerciales définies par les frontières extérieures d’autres zones économiques voisines ?

 

Personne ne manquait de l’expérience pratique et de la maturité nécessaire pour acquérir. Après dix bons mois de cours commercial, personne ne s'est rendu compte qu'ils vivaient dans un monde plein de tromperies, dans lequel le but principal est de nous priver, nous êtres vivants et spirituellement moraux, de nos droits inaliénables et de nous asservir autant que possible. Mais plus là-dessus plus tard.

différents sujets

qui a changé des vies

Personne n'a trouvé de sujets qui suscitaient tout son intérêt et qu'il poursuivait ces sujets avec toute sa passion. Ces sujets à ce jour sont :

La malédiction de Canaan

logique

Droit des contrats et principes du droit des contrats

Honnêteté

Faites confiance à

Tribunaux d'arbitrage

et probablement le sujet le plus important de tous :

Statut, standing, capacité !

Nous sommes en 2018. Personne n’a encore réussi à maîtriser les connaissances nouvellement acquises. Avec la confiance en soi et les compétences nécessaires, il s'est lancé dans un voyage pour découvrir qui était le propriétaire, le propriétaire et Propriétaire du nom est-ce lequel lui a été attribué à la naissance ?! Et qui de mieux que l'origine, là où tous les ennuis ont commencé, à l'état civil. La première lettre adressée au greffier en chef est rédigée comme suit :

Les noms dans la lettre suivante ont été remplacés pour protéger l’identité des personnes réellement impliquées.

Cher registraire,

L'inscription du nom « MUSTERMANN MAX » a été initiée par l'institution responsable via un acte de naissance, approuvé et autorisé par les personnes concernées, mais pas par le signataire lui-même. L'inscription originale est donc dans un statut en attente et peu clair.

L'inscription entraîne la création d'une personne, identifiée par l'inscription principale du registre des naissances avec le numéro 74/1977, en omettant toutes les caractéristiques essentielles qui révèlent l'existence d'un être spirituel, moral et vivant.

Cela s'est fait entièrement sans autorisation du signataire et sans explication préalable de tous les avantages et inconvénients qui en découlent.

L’attribution sans équivoque du signataire, en tant qu’être spirituellement moral, à la personne créée est également floue.

Quel acte administratif peut être utilisé pour prouver l'acceptation du nom « MUSTERMANN MAX » ? Où est la preuve que je suis impliqué avec cette personne ?

Le signataire souhaite mettre fin à cette situation en acceptant sans équivoque l'inscription de naissance pour le nom « MUSTERMANN, MAX » en confirmant l'inscription principale par un acte administratif approprié.

Veuillez me fournir une date et un lieu appropriés où et quand cela devrait avoir lieu dans les 30 jours suivant la réception de cette lettre.

Si vous ne fournissez pas un acte administratif adapté à la conformation, je constate qu'il n'y a aucune implication du signataire avec cette personne, puisque la signature sans ambiguïté comme signe de déclaration d'intention et d'acceptation du nom n'existe pas !

Pour une communication ultérieure, j'établirai mon propre nom « Personne » jusqu'à clarification finale !

Ma demande ne doit PAS être comprise comme une demande d'un nouvel acte de naissance avec un changement de nom, mais je suis prêt à fournir des précisions finales dans les 90 jours.

Cette déclaration d’intention a été rédigée au meilleur de mes connaissances et capacités, alors aide-moi, Dieu.

Cette lettre est-elle claire et claire dans son message, compréhensible et compréhensible ? - Oui c'est ça!

La lettre de réponse du bureau d'état civil concerné dans cette affaire contient deux déclarations principales.

La première déclaration centrale fait référence au fait que l'on ne sait pas soi-disant ce que l'on veut, même si cela a été communiqué clairement et clairement, et que personne n'a continué à être contacté en utilisant l'ancienne méthode d'insultes, même si l'expéditeur n'était personne. .

Le greffier a même demandé de décrire à nouveau aussi clairement et précisément que possible ce qui était exactement souhaité.

Voici la deuxième lettre adressée au même registraire, les noms ont été remplacés pour protéger l'identité des personnes impliquées :

Cher registraire,

Merci d'avoir pris la peine de répondre à ma demande inhabituelle.

Selon les recherches scientifiques actuelles, un nom est un indice d'accès à un ensemble d'informations sur un individu (être spirituel, moral fait de chair et de sang). Les noms sont des informations attribuées à une personne, un objet, une unité organisationnelle (par exemple une entreprise) ou un terme destiné à servir à l'identification et à l'individualisation (fonction de clarté du nom).

Parallèlement à cela, il serait très important pour moi de savoir à quoi devrait ressembler l’utilisation exacte et claire du nom. Les options suivantes sont disponibles :

  1. MUSTERMANN MAX (capitis deminutio maximum)

  2. MUSTERMANN Max (capitis deminutio médias)

  3. Mustermann, Max (capitis deminutio le minimum)

  4. mustermann, max (capitis péché déminution)

Chaque possibilité indique un statut correspondant (capitale):

  1. Maximum Réduction de statut

  2. Médian Réduction de statut

  3. Minimal Réduction de statut

  4. Non Réduction de statut

Dans de nombreuses cultures, la dignité humaine est inviolable ; la respecter et l’honorer est la tâche de tout pouvoir étatique. Selon ma dignité et ma conscience, en signe de mon individualité et Afonction de réglage, Je veux me donner mon propre nom.

Suis-je, en tant qu’auteur de cette lettre, un objet ?

Non, ce n'est pas moi ! Et je ne réalise pas que j'ai perdu tous mes droits !

Suis-je une personne ? « Et Dieu créa l’homme à sa propre image, il le créa à l’image de Dieu ; et les créa mâle et femelle. (Genèse verset 27)

Par conséquent, suite logique, il ne peut y avoir qu'une seule participation à ce nom ! Si la participation à ce nom est tacitement assumée, je demande que le nom soit changé de « MUSTERMANN MAX » en « mustermann, max », conformément à ma dignité et à ma conscience.

Si cela n'est pas possible, la conclusion logique qui s'ensuit est que je ne peux pas participer à la personne « MUSTERMANN MAX » ! Car seul le propriétaire a le droit de réglementer la forme. Dans ce cas, je demande au greffier une procuration que je me suis donnée NLe nom « Personne » ne peut et doit agir en tant que représentant autorisé de la personne « MUSTERMANN MAX ».

Si cet exemple simple vous laisse encore perplexe, j'aimerais vous l'expliquer à nouveau à l'aide d'un exemple simple.

Supposons que j'ai une Mercedes VITO noire. Puis-je modifier la forme extérieure de ce véhicule ? – Oui, je peux le faire, car l’automobile m’appartient et je peux le faire PropriétéVous pouvez même prouver la relation via le contrat d’achat. Alors je peux, sans personneen devoir demander la permission, changer la forme et la couleur de l'automobile.

Prenons-vous pour un registraire, vous possédez une Audi A8 noire. Puis-je conduire cette Audi seul ou changer son extérieur ? – Non, je n'ai pas le droit de le faire, car l'Audi n'est pas ma propriété et je n'ai pas reçu le pouvoir de le faire. Si je faisais cela, cela voudrait dire que j’acquérais quelque chose que je n’avais pas le droit d’acquérir. Je crois qu'une telle infraction est une infraction pénale.

Veuillez maintenant remplacer l'Audi A8 par le terme « MUSTERMANN MAX ». Ma demande est-elle désormais logiquement plausible pour vous ?

Avec le plus grand respect

Ce qui n'a pas reçu de réponse, c'est le changement de nom de « MUSTERMANN MAX » à « mustermann, max ». Il n’y avait également aucune preuve claire de mon implication et aucune autorisation ne me permettant de continuer à utiliser mon ancien nom avec mon nouveau nom.

Mais ce qui est arrivé était une réponse très contradictoire dans laquelle on m'assurait que le... Nommer ma propriété c'est le cas, mais je ne peux pas le changer car il est soumis à certaines lois et règles.

Cette déclaration du registraire est tout à fait exacte, car il ne peut et ne doit pas dire :

un) Puisque vos producteurs n'ont pas demandé l'ajout « Tous droits sur le nom réservés » lors de l'enregistrement du nom, nous avons sécurisé les droits sur ce nom !

b) Vous utilisez le nom illégalement, c'est pourquoi nous vous réglementons constamment et partout et exigeons des frais d'utilisation élevés sous forme de taxes.

c) Pourquoi utilisez-vous ce nom si vous n'avez pas de preuve claire de propriété ?

Cher lecteur de cet article, si vous pensez toujours que votre nom vous appartient, voici un devoir pour vous :

Quel acte administratif pouvez-vous utiliser pour prouver que vous êtes l'auteur ou que vos producteurs ont obtenu les droits sur le nom lors de l'enregistrement de votre nom ?

Si c'est votre nom, vous pourriez alors délivrer des licences parce que l'État l'utilise parce que, selon vos propres termes, il vous appartient.
Allez au centre communautaire et dites-leur que vous savez que seul le... Propriétaire du formulaire peut réguler. Puisque vous conviendrez sans équivoque avec moi que le nom est moi, je vous charge par la présente de changer le nom de capitis deminutio maxima en capitis sin deminutio, conformément à mes droits inaliénables, conformément à ma dignité.

De plus, je tiens à vous informer que le §17 HGB ne s'applique pas à moi car le nom est ma propriété.

Si Si le nom est bien le vôtre, le changement sera effectué.

Avez-vous déjà pensé que peut-être « l’État » vous réglementait parce que vous utilisez ce nom illégalement ?

Qui a le titre de propriété à votre nom?

Il suffit de demander au centre communautaire : Qui est le propriétaire, qui est le propriétaire et qui est le propriétaire de « VOTRE NOM » et quel acte administratif peut prouver clairement la propriété, la possession et la propriété ??? Peut-être que c'est plus clair maintenant ?

C'est pourquoi vous ne pouvez être bénéficiaire d'aucun compte de garantie. La logique seule devrait vous montrer que les « autorités » n’ont jamais rien fait dans l’esprit de la moralité spirituelle.

Il y a certainement un bénéficiaire quelque part dans tout ce système – probablement derrière les murs du Vatican – qui le transmet ensuite.

Dans le commerce, on leur apprend à tenir la personne à bout de bras. Comment tenir quelque chose à bout de bras ? Pour pouvoir garder quelque chose à bout de bras, 2 constantes sont nécessaires. Quelle est la bonne méthode a) ou b) ?

un) L'en-tête indique MAX MUSTERMANN. Un signataire est mentionné plus loin dans la lettre. Le destinataire voit MAX MUSTERMANN sur le papier à en-tête et lit le signataire. Question : Pour le destinataire, MAX MUSTERMANN = le signataire ?

b) Votre nouveau nom apparaît sur le papier à en-tête en tant que représentant autorisé de l'ancien nom et un signataire est nommé plus tard dans la lettre. Question : Pour le destinataire de la lettre, est-ce que « Le signataire » = « Le nouveau nom » ?? Qui tient également légitimement à distance la personne de « l’ancien nom » ?

Et exactement Commerce et ses formateurs ne fournissent pas ces informations essentielles. Vous devez vous poser la question : est-ce une cupidité pour les frais de cours ou les professeurs du cours essaient-ils délibérément de transmettre de manière incorrecte cette information très importante ?!

les droits inaliénables

Ma deuxième odyssée

En décembre 2018, j'ai signalé la perte de mon passeport et de ma carte d'identité et j'ai commandé de nouveaux documents par la même occasion. Quand j'ai signé qualifié, "iUn nom de famille, surnom aR", On m'a refusé cette signature et j'ai exigé une signature sans réserve de ma part.Nom de famille, prénom"

Lorsque j’ai demandé pourquoi et quelle était la base juridique, de vagues explications sont venues selon lesquelles c’était exactement comme ça et ont fait référence (sérieusement maintenant !) à un article sur Wikipédia que j’ai ouvert et lu à haute voix.

Cependant, s’il s’agit de mon nom, pourquoi quelqu’un d’autre peut-il réglementer et déterminer comment je dois signer, pourquoi doit-il le faire ! Je signe de la même manière que la dernière fois ??

Cher lecteur, la réponse est simple et vous ne l’aimerez probablement pas. Ce que le centre communautaire m'a demandé de faire est correct car le nom ne m'appartient pas. J'étais simplement le propriétaire, mais je n'ai jamais possédé ce nom de ma vie. Si je possédais le nom, le centre communautaire devrait accepter mes instructions.

 

Le fait est:

Quiconque possède une carte d'identité n'est que le propriétaire et non le propriétaire du nom !

Pour moi, la situation était désormais simple. Sans ma signature qualifiée, en tant que représentant autorisé du nom, je ne souhaitais avoir aucun document d'identification. L'entreprise Bürgerzentrum a toléré cette situation jusqu'au printemps de l'année suivante, puis, dès le début du mois de mars, j'ai reçu des offres de mesures coercitives si je n'entrais pas volontairement dans une servitude involontaire (esclavage).

Alors maintenant, les choses deviennent vraiment intéressantes !!

Je me suis ensuite rendu au centre communautaire de mon choix et j'ai voulu parler au principal responsable des droits inaliénables. Il était important pour moi de savoir si mes droits inaliénables seraient reconnus, protégés et respectés lors d'une demande de carte d'identité et/ou de passeport.

Le dialogue au premier changement s'est déroulé comme ceci :

Inutile 001 min

JE: "Bonne journée. Je recherche le principal responsable des droits inaliénables. Où puis-je trouver ça ?

Employé de l'entreprise Bürgerzentrum : L’expression du visage se fige, après une courte pause : « Je ne t’ai pas bien compris. Pouvez-vous s'il vous plaît répéter la question ?

JE: "Très volontiers. Je recherche (pause) le principal responsable (pause) de (pause) les (pause) droits inaliénables.

Où puis-je le trouver ? » J'ai prononcé ces mots clairement et plus lentement que la première fois.

Employé de l'entreprise Bürgerzentrum : « Aaahm…. Pouvez-vous s'il vous plaît répéter la question ? Je ne vous ai probablement pas bien compris.

JE: "Je recherche. (Pause) La personne principalement responsable (Pause) de (Pause) les (Pause) droits inaliénables. Où puis-je le trouver ?

Employé de l'entreprise Bürgerzentrum : « De quel genre de droits s’agit-il ? Que veux-tu de lui ?

JE: "Je recherche. (Pause) Le principal responsable (Pause) de (Pause) les (Pause) droits inaliénables, communément appelés droits de l'homme. Où puis-je le trouver ? Je voudrais savoir si mes droits inaliénables seront protégés et respectés malgré la demande de carte d’identité !

Employé de l'entreprise Bürgerzentrum : visiblement et extrêmement dépassé par la situation : « Aaaahmm, je vais demander au chef de service… »

Après environ 3 minutes, le chef du département est venu et j'ai posé ma question une cinquième fois. Il m'a répondu rapidement et m'a dit : « Vous n'êtes pas au bon endroit avec nous. Demandez dans l’immeuble voisin, ils le sauront.

Lorsque je suis arrivé dans le bâtiment voisin et que j'ai posé ma question, la dame de l'accueil était elle aussi visiblement irritée et outre mesure, dépassée par une question simple et simple : « Où dans votre maison puis-je trouver le principal responsable des droits inaliénables, populairement connu sous le nom de Droits de l’homme ?

La dame à la réception a décroché le téléphone et a d'abord dû se renseigner sur ce qu'étaient les droits inaliénables et les droits de l'homme, PARCE QUE ELLE NE LE SAIT PAS !

Après environ 20 minutes dans le centre communautaire et la mairie que j'ai visités, je n'ai trouvé personne qui savait ce qu'étaient les droits inaliénables, et encore moins qui était suffisamment qualifié pour m'expliquer si mes droits en tant qu'homme seraient protégés. Même le service juridique de la mairie n'a pas pu m'aider.

Une visite chez le maire est une expérience que vous devriez vivre par vous-même. Les secrétaires ne savaient pas ce que je demandais et le maire était visiblement débordé de me donner une réponse appropriée et correcte. Finalement, on m'a dit que je devrais demander au tribunal local

Le communiqué du tribunal de grande instance du même jour : « … vous ne trouverez personne dans toute la maison qui soit suffisamment responsable ou qualifié pour les droits inaliénables et les droits de l'homme.

Nous sommes exclusivement responsables des intérêts commerciaux… »

Déclaration du tribunal de district :

"Nous sommes exclusivement responsables des intérêts commerciaux."

Mg 8211 Hdr Min

Ce que la porte-parole du tribunal de district a exprimé clairement et sans ambiguïté est le suivant :

nos affaires Personnes, ne peut être géré ici car personne n’est suffisamment qualifié pour reconnaître les hommes et les femmes. Seuls les intérêts économiques sont représentés.

En d’autres termes, vous, en tant qu’être vivant, spirituellement moral et rationnel, vous adressez au tribunal de district et ils ne vous voient que comme leur construction fictive, mais veulent des informations de la personne vivante.

Je pense que c'est un comportement très, très schizophrène, n'est-ce pas ? - Question rhétorique.

Le lendemain, j'ai visité la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe, qui à l'époque avait annoncé sur son site Internet qu'elle surveillait et dirigeait la mise en œuvre de l'article 1 de la Loi fondamentale.

À votre avis, cher lecteur, quelle a été la réaction à laquelle j’ai été confronté lorsque j’ai demandé : « Où puis-je trouver le principal responsable des droits inaliénables, communément appelés droits de l’homme ? Idéalement, la personne a remis sa carte d’identité, car cela augmenterait considérablement sa crédibilité.»

J’ai été expulsé diplomatiquement mais poliment sans réponse.

Les e-mails sont sortis

ces places

Un jour plus tard, j'ai écrit un e-mail à :

– La Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe

– Le Conseil régional de Stuttgart

– Le conseil régional de Karlsruhe

- À Berlin

– Ministère fédéral de la Justice à Bonn

Amnesty International

Cour de justice de La Haye

et parce que j'étais de bonne humeur,

à l'ONU

Cher …,

Je recherche désespérément la personne la plus responsable des droits inaliénables. Où puis-je trouver cela ?

Le livre suivant a été publié le 10 décembre 2019 :

Auteur : Michael Lysander Fremuth, Human Rights Basics and Documents, pages : 713, lieu de publication : Bonn, Agence fédérale pour l'éducation civique (https://www.bpb.de) Numéro de commande : 10511, ISBN 978-3-7425-0511-8 .

Sous "1.5 Droits inaliénables des droits de l'homme« Page 25, il est écrit :

"L’inaliénabilité des droits de l’homme signifie qu’il n’est pas nécessaire de s’en montrer digne et que, contrairement à de nombreux autres droits subjectifs, on ne peut pas les perdre, y renoncer et fondamentalement y renoncer. Les droits de l’homme ne peuvent pas non plus être supprimés. … »

Si je demande une carte d'identité ou un passeport, quel est mon statut juridique et mes droits inaliénables et non négociables seront-ils protégés, reconnus et respectés ? Ou est-ce que je perds cela et, d’un point de vue purement juridique, deviens une affaire sous surveillance ?

Je tiens à vous remercier par avance pour votre réponse claire et sans ambiguïté.

Sincèrement

2 jours plus tard

une seule réponse

J'ai reçu une réponse par e-mail du conseil régional de Stuttgart, dans laquelle on m'a dit :

"...nous sommes désolés, mais nous ne pouvons pas vous donner d'informations satisfaisantes sur votre requête de recherche..."

Contact

Amour Des leaders des filières commerciales parmi vous. J'ai une question directe :

Laquelle de vos unités d'enseignement explique au chercheur que le commerce ne permet pas de se libérer de la servitude involontaire, mais au contraire prolonge et dans certains cas même aggrave la souffrance ?

Les conclusions légitimes qui me viennent à l’esprit sont les suivantes :

Au groupe des professeurs de commerce.

Questions valides

un)

Vous n'êtes vraiment pas préparé et ne savez pas ce que vous enseignez ou n'enseignez PAS aux gens ;

 

ou

b)

Vous êtes spécifiquement habitué à intercepter les plus tenaces et à les envoyer dans une direction qui n'est pas vraiment la bonne ;

 

ou

c)

Le commerce n’est qu’un autre modèle économique et la « cupidité » pour les euros, dont on dit ensuite en classe qu’ils n’ont aucune valeur, est plus grande que l’aventure vers la souveraineté ?

Comment ça marche Souveraineté, sur le territoire du souverain, quand tous les milieux juridiques de la personne sont rejetés ?
 
Alors que de nombreuses personnes prétendent à tort que cela n’est pas possible, nous le vivons Voie Kininigen.
 

Tandis que le La plupart des cours de commerce et des commerciaux autoproclamés déplacent les connaissances d'un côté à l'autre et les retraitent., à Kininigen, les êtres rationnels vivants, spirituellement moraux, sont dans leur pouvoir créateur des solutions complètement nouvelles et uniques créer.

Cela garantit la pureté, l’exactitude et la souveraineté de chaque individu. Parce que le souverain ne contracte JAMAIS d’obligation.

À SUIVRE….

Comme notre nom

liés à cela et utilisés par le système d'exploitation qui nous entoure pour nous maintenir dans le statut d'esclave peuvent être lus ici.

et qu'est-ce qui peut nous en libérer

Il est noté par la présente que tous les droits sont réservés sur tout ce qui se trouve sur ce site et sont soumis aux termes et conditions d'Ama-gi koru-E Kininigen. Si quelqu'un diffuse notre savoir, il serait honorable qu'il nomme également la source de ce savoir, qui n'a jamais été trouvé ailleurs, et qu'il ne la mette pas au monde comme son propre savoir afin d'enrichir son statut.

Autrement, nous sommes reconnaissants de la diffusion de ces connaissances dans l’intérêt de chaque être.

personne, humain

ou quelque chose de complètement différent ?
fr_FRFrench
Avertissement