Frais de diffusion du jugement signés

Jugement concernant les redevances de diffusion

Verdict

Cour d'arbitrage libre de Kininigen

Extrait
Jugement concernant les redevances de diffusion

Le 10 juin 2021, à 12h00, le Tribunal d'arbitrage libre de Kininigen a entendu la demande visant à déterminer la légalité de la redevance de diffusion perçue par la société ARD ZDF Deutschlandradio Contribution Service, anciennement GEZ, qui a été déposée par un souverain de Kininigen, un être vivant, spirituellement moral et rationnel est devenu.

Accusateur:

L'être rationnel vivant, spirituellement moral, souverain de Kiningen.

Frais de diffusion du jugement signés

Défendeur:

ARD ZDF Deutschlandradio Contribution Service, Freimersdorfer Weg 6 à Cologne, l'institution communautaire publique non constituée en société, opérant auparavant sous le nom de Fee Collection Center/GEZ.

Des charges:

Demande visant à déterminer si le montant réclamé par le service de contribution ARD ZDF Deutschlandradio et qui a déjà été saisi à plusieurs reprises sous la contrainte par des agents d'exécution, la soi-disant contribution à la radiodiffusion, est légalement valable.

MG 8546 2 minutes

Der 110pages Application à détermination, était au déposée le deuxième jour du sixième mois de l'an deux mille vingt et un et accordée sept jours plus tard, elle a été acceptée en tous points et admise comme cause type.

Verdict:

Le Tribunal d'arbitrage libre de Kininigen, librement fondé sur l'Accord de New York du 10 juin 1958, formé de cinq juges libres et indépendants liés aux valeurs et principes moraux, de caractère et éthiques les plus élevés, déclare ce qui suit, en tant qu'organe judiciaire instruit , et le verdict final suivant est rendu :

Après avoir soigneusement examiné les documents et accordé le droit d'être entendu à le Principales personnes responsablesn pour le Service de contribution ARD ZDF Deutschlandradio, le tribunal a estimé que les principaux responsables de la Service de contribution ARD ZDF Deutschlandradio dans la plus grande mesure, ont violé des droits inaliénables et non négociables.

Il n’existe donc aucune base contractuelle valable pour exiger ce que l’on appelle les redevances de diffusion.

Comme probablement le point le plus grave Est devenu le usurpation d'identité commise par le prévenu Service de contribution ARD ZDF Deutschlandradio, classé. Il en a trouvé un utilisation illégale du Nommée « Mme XXXXXXXXX », XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX Des preuves claires et sans ambiguïté de la légalité et de la crédibilité des allégations obtenues n'ont jamais été présentées. Le tribunal ne croit pas non plus à l’existence de telles preuves.

Selon la maxime juridique «Faux en un, faux en tous » (Falsus in uno, falsus in omnibus.) sont tous, sous Les paiements forcés par tromperie doivent être complètement annulés avec effet immédiat.

La demande des Poursuitesrs, est accordée par l'acceptation implicite par le défendeur des conditions contractuelles annoncées.

C'est le jour Jen le demandeur doit fournir. Ejendemandes chez les débiteursregsoeur comme SCHUFA etc., sont immédiatement supprimé et remis à son état d'origine.

Mg 8211 3 minutes

Motifs de la décision :

Dil Le plaignant était titulaire d'une carte d'identité et d'un passeport fédéraux et avait donc il une autorisation de commercer sous la dénomination « XXXXXXXXXX » capitis deminutio maxima. Les lettres du défendeur ARD ZDF Deutschlandradio service de contribution au plaignant n'ont pas été adressées une seule fois à «XXXXXXXXXX», mais adressé à « Mme XXXXXXXXXX« idem sonans. Aucune preuve n'a été trouvée que le nom « Mme XXXXXXXXXX"avec le nom"XXXXXXXXXX« doit être assimilé en valeur. Aussi la responsabilité de «XXXXXXXXXX" pour "XXXXXXXXXX« n’a pas été justifié ni prouvé par le défendeur.

Avec la lettre de défaut du 21 marsje 2021 par le client et co-demandeur XXXXXXXXXXXXXXX, haben le Principales personnes responsablesn son consentement tacite et complet donné, aucune légitimité pour le nom « Mme XXXXXXXXXX" avoir.

Il a été déterminé qu'il s'agissait d'un contrat aux frais de tiers. Le défendeur Le plaignant 1) a pu prouver qu'il était un être vivant, spirituellement moral et rationnel. Dans la compréhension juridique de der Le défendeur ARD ZDF Deutschlandradio Contribution Service reçoit de l'être vivant, spirituellement et moralement rationnel une offre de paiement qu'il ne veut pas accepter. Les raisons avancées par le plaignant étaient les suivantes : l'absence de contrat et l'absence de nbase juridique prouvée et valable. À cela s'ajoute le conflit moral concernant les informations diffusées sur ces médias, qui, selon la compréhension du plaignant, représentent des déclarations manipulatrices et des déformations de la vérité, comme de la propagande pour influencer les masses et l'utilisation des cotisations collectées pour payer des salaires effroyables.

En fournissant la preuve d'une correspondance datant du 22 avril 2015, le demandeur a pu prouver de manière plus que suffisante son intention claire et répétée de ne pas avoir de contrat et de ne pas en conclure ; soutre sa volonté de payer, les preuves demandées doivent lui être présentées. Le défendeur a eu suffisamment de possibilités de le faire et le premier défaut avec plein consentement a eu lieu le 17 février 2018. Les juges ont pu utiliser la quantité de documents y compris les lettres renvoyées, au moins trente-deux (32) une expression claire et distincte de l'intention de ne contracter aucune obligation avec la GEZ et de ne pas le faire volontairement, en toute consciencesavoir fait cela et avec un esprit clair.

Le défendeur invoque le fait que le demandeur a été enregistré comme propriété résidentielle par le bureau d'enregistrement des habitants.il a été rapporté. C'est la base pour percevoir une redevance.

À moins que le WSi le consentement du demandeur n'est pas requis pour le transfert de données, l'éditeur est entièrement responsable de tous les paiements en résultant. Toutefois, si les données appartiennent au plaignant, elles doivent être transmises seulement avec un conscient GAgrément connecté et le résidentHLe bureau d'enregistrement est tenu de lui-même obtenir cette autorisation du propriétaire, tout en divulguant tous les faits s'y rapportant. Le WLe transfert de données et l’imposition de paiements sont donc une procédure immorale.

ARD ZDF Deutschlandradio Contribution Service ne voulait probablement pas ou ne pouvait pas reconnaître qu'il ne s'agissait pas d'une personne, mais d'un être vivant, spirituellement moral, rationnel, doté du libre arbitre, qu'il avait clairement et clairement articulé.

Le FLe libre arbitre est un droit inaliénable et doit être respecté. Ignorer cette volonté est un crime. Contraindre un être libre par la tromperie dans des transactions juridiques dans lesquelles il n'est pas entièrement expliqué quel est réellement le fondement de la loi appliquée par le défendeur pas permis.

Le demandeur n'est pas équivalent au nom ou comme dcen des noms pour identifier. L’égalité violerait clairement des droits inaliénables et non négociables.

La plaignante a reconnu qu'elle n'est pas le nom et/ou la personne et qu'elle n'est pas responsable et a a exigé les droits inaliénables qui lui sont reconnus.

Il est également évident que le GEZ ne fournit aucune information indépendante, mais plutôt de la propagande dans l'intérêt des organisations agissant en tant que gouvernement. actes et il est donc éthiquement et moralement très douteux de forcer un être doté du libre arbitre et d'une obligation morale envers la vérité à financer cette propagande. (Mots clés : annexion présumée de la Crimée par la Russie, reportages sur Corona/Covid, encouragement et formation de l'opinion sur les élections présidentielles en Russie, aux États-Unis, en Allemagne, sur le changement climatique, etc.)

Lorsque deux parties concluent un contrat pour commettre un vol ou un vol qualifié contre un tiers, il s'agit d'un contrat illégal et invalide car son objectif est de violer la justice naturelle et le libre arbitre.

Si deux nations ou entreprises concluent un contrat avec l’intention de piller, d’asservir ou de détruire les moyens de subsistance de tiers, le contrat est contraire aux bonnes mœurs, illégal, nul et sans engagement.

N'importe quoi contre la justice et les droits inaliénables et non négociables der êtres vivants, spirituellement moraux et rationnels viole n’est pas valide.

Dans le même temps, un contrat est également illégal et invalide si la majorité des les êtres d'un pays conclut un traité avec son gouvernement pour encourager toute forme d'injustice et la destruction des droits naturels, même si la majorité est d'accord avec lui. WParce que cela viole non seulement les droits naturels de ceux qui ne sont pas d'accord avec cela, mais aussi parce qu'avec ça le inaliénable, non négociable Les droits sont bafoués et il n’existe plus de base juridique fiable permettant de bafouer un contrat.

Le défendeur n'a jamais eu de contrat à leur lasdes dizaines et sans leur consentement accepté ou conclu volontairement ou en connaissance de cause. Un tel contrat, avec un gouvernement et/ou une entreprise, comme dans ce cas le service de contribution d'ARD ZDF Deutschlandradio, n'a aucune base morale. Il ne donne aucun droit à ceux qui sont appelés Pouvoir de mettre en œuvre ou de faire respecter un tel contrat. Il ne crée ni une obligation légale ni morale, ni pour l'entreprise ni pour les êtres vivants, de faire respecter ce contrat.

Les droits inaliénables et les êtres vivants, spirituellement moraux et rationnels doivent être protégés à tout moment, complètement et sans exception, contre tout empiètement et tout préjudice. L'autoprotection des souverains ou la protection extérieure de ceux qui sont sous leur protection est autorisée et même le devoir moral des êtres rationnels, parce que un droit ne peut pas découler d’une injustice. (Jus ex injuria non oritur.)

 

Un contrat pour être considéré comme légal contient les caractéristiques suivantes et nécessite une divulgation complète :

1. Consentement mutuel – offre et acceptation en pleine conscience et avec un esprit clair

2. Considération juridique

3. Capacité juridique pour conclure un contrat

4. Absence de fraude ou de coercition

5. Date, lieu

6. Doit être réaliste et réalisable

7. Un terme

8. La possibilité de résilier le contrat

Il ne peut y avoir d’accord si la question n’a pas été discutée ; par conséquent, la divulgation complète de tous les termes et conditions est une exigence absolue de cette condition. Ne pas divulguer tous les faits constituerait une forme de collusion et violerait le devoir de bonne foi.

Les contrats ne sont pas exécutoires s'ils sont conclus sous la contrainte, sous fausse déclaration, au détriment des tiers, vévitez les « contrats cachés » ou signés frauduleusement, car cela annule le consentement mutuel requis pour créer un accord exécutoire en premier lieu. Toute allégation d'« accord tacite » sur des termes et conditions qui n'ont pas été divulgués peut être considérée comme une tromperie, comme dans ce cas.

 

Erreurs formelles :

Pas un seul document n'a été inclus dans les documents soumis au tribunal trouvé lequel Fest exempt d’erreurs de forme. La lettre exécutoire d'un huissier « XXXX » À première vue, il semble que tout ce qui est réalisé ne semble pas légitime. Le fait que la signature ne répond même pas aux caractéristiques d'une signature lisible et que l'émetteur ne souhaite accepter aucune responsabilité pour cette lettre avec une initiale apparaît clairement à la vue. betrcomprendre le document. Autres erreurs formelles dans toutes les lettres de l'huissier « XXXX » :

  • Le nom complet a été omis en haut à gauche de la lettre. Très discutable si c'est le cas ici il s'agit d'un nom légitime ou d'une fraude car la preuve requise n'a jamais été fournie. Pas même à la demande du plaignant.

  • La demande était adressée à « Mme XXXXXXXXXX" capitis ddélivré une eminutio minima et n'est pas identique au nom "XXXXXXXXXX" capitis deminutio maxima, sur une carte d'identité ou un passeport.

  • Plus bas dans la même lettre il est écrit « Chère Madame XXXXXXXXXX… »

  • Différentes orthographes des noms.

  • La preuve de la légitimité de cette affirmation fait totalement défaut.

  • La forme juridique de l'entreprise pour laquelle l'huissier est actif est absent de toutes les lettres.

  • Dans le document d'envoi postal, date inconnue, il est écrit :

"Copie originale du document associé à ce Convocation pour soumettre des informations financières Je l'ai fait aujourd'hui au nom de… », la référence à « aujourd'hui » est complètement absente, sur lequel Date à laquelle il fait référence.

  • La signification du terme « charge » n’est expliquée nulle part. Est-ce un objet ?! Si « OUI ! » où sont les documents d’expédition ?

De même, ils sont Erreur formelle quasiment pareil pour le deuxième huissier « XXXXXXX ».

  • Le nom complet a été omis en haut à gauche de la lettre. Très discutable est, qu'il s'agisse d'un nom légitime ou d'une arnaque, comme l'exige la preuve, selon le cas – huissier ou huissier en chef, n'a jamais été fourni. Pas même à la demande du plaignant.

  • La demande était adressée à « Mme XXXXXXXXXX" capitis deminutio minima et n'est pas identique au nom "XXXXXXXXXX" capitis deminutio maxima, sur une carte d'identité ou un passeport.

  • Plus bas dans la même lettre il est écrit « Chère Madame XXXXXXXXXX… »

  • Différentes orthographes des noms.

  • La preuve de la légitimité de la revendication fait totalement défaut.

  • La forme juridique l'entreprise, pour lequel l'huissier est actif est absent de la lettre.

  • Cela pourrait venir de XXXXXXX Aucun titre n'est présenté, la question se pose donc de savoir si et combien de titres y a-t-il auxquels l'huissier peut se référer agissant Des particuliers, appelés.

  • Es pourrait à partir de XXXXXXX aucune légitimation de ses actes ne peut être présentée et quel huissier au Le tribunal de district l’est.

Erreurs formelles dans les lettres de « Service de contribution ARD ZDF Deutschlandradio »

  • Lettre de réponse datée du 27 avril 2018, « rejet » a été remplacé par « contradiction » frelaté.

  • La preuve d'une réclamation légitime n'a jamais été fournie par le biais d'un contrat correspondant, malgré plusieurs demandes fourni.

  • ça manque Référence dans quelle mesure « Mme XXXXXXXXXX", "Chère Madame XXXXXXXXXX…" et "XXXXXXXXXX"Ça devrait être pareil.

  • Toutes les lettres ne mentionnent pas la forme juridique de la prétendue société.

Ainsi, le comportement et l’approche commerciale des personnes impliquées rappellent davantage ceux des voleurs sous la menace d’une arme en tant que menace « sous la couleur de la loi » (sous l’apparence de la loi), plutôt que ceux liés à une exigence légitime, qui est légalement valable. le contrat prévoit a été rempli.

 

Fin de l'extrait du jugement

 

fr_FRFrench
Avertissement